2008 : Faucon crécerelle

Aller en bas

2008 : Faucon crécerelle

Message  Christiane le Lun 12 Mar - 22:25

Source : birdlife.ch - http://www.birdlife.ch/fr/
Le faucon crécerelle est l’oiseau de l’année 2008 de BirdLife Suisse. Ce faucon si caractéristique avec son vol stationnaire figure sur la liste des oiseaux potentiellement menacés. La nourriture et les possibilités de nidification lui font de plus en plus défaut. Moins il y a de faucons crécerelles dans une région, plus la qualité de l’habitat laisse à désirer. On peut venir en aide au faucon crécerelle avec des mesures de compensation écologique ciblées et la pose de nichoirs.

Portrait
Le faucon crécerelle est un petit rapace élancé, de couleur brun-roux. Il est muni d’ailes fines et pointues ainsi que d’une longue queue. Mâle et femelle se différencient ainsi: le mâle a la tête gris clair et le dos brun-roux avec des petites taches sombres sur le plumage. La queue est gris-bleu avec une barre terminale noire. Le dessous du corps est couleur crème strié avec des petites taches en forme de gouttes. Chez la femelle, au contraire, la tête, le dos et la queue sont brun-roux avec des taches foncées plus grandes et des bandes transversales. Le dessous de son corps est plus tacheté que chez le mâle.

Voix
Le faucon crécerelle est très locace pendant la période de nidification. Le plus souvent, on entend le cri caractéristique "kikiki...". Sur le lieu de nidification, divers sons vibrants et aigüs peuvent aussi être entendus.

Répartition
En Suisse, on rencontre le crécerelle de la plaine jusqu'à l’étage subalpin dans les pâturages d’altitude à plus de 2'000 m. Le site de nidification le plus élevé est situé à Grimentz VS, à 2'850 m. Le Faucon crécerelle a une grande faculté d'adaptation, notamment pour nicher. Il s'installe aussi bien dans les anciens nids de corneilles, dans les falaises, sur des grands bâtiments ou dans des nichoirs artificiels.

Reproduction
Le faucon crécerelle peut adopter différents emplacements pour nicher: des vieux nids de corneille, de pie ou de buse, des vires rocheuses, des corniches de bâtiments. Dans les zones urbaines, on peut le trouver sur les églises ou d’autres bâtiments publics.  Il occupe aussi volontiers des nichoirs, sous la forme de caisses munies d’une assez large ouverture.
La ponte comprend en moyenne 4 à 6 œufs. Sa taille dépend des ressources alimentaires à disposition et de l’âge de la femelle. Celle-ci est seule affectée à la couvaison. L’éclosion survient après 27 à 32 jours et s’échelonne sur 3 à 5 jours. Au bout de 4 semaines, les jeunes faucons sont capables de capturer leurs proies, au début le plus souvent des insectes. C’est seulement à l’âge de 2 mois qu’ils deviennent complètement indépendants.

Habitat
Le faucon crécerelle est un oiseau rupestre qui s’est habitué à utiliser les constructions humaines tels que les églises, les tours, les bâtiments élevés et les granges. Il évite les forêts mais peut nicher en lisière, sur des grands arbres. Il est relativement fréquent en Europe.
Pour chasser, le faucon crécerelle a besoin de surfaces ouvertes où la végétation est rase ou clairsemée.

Chasse
Dans les zones de cultures, le faucon crécerelle se nourrit surtout de petits rongeurs comme les campagnols. Il peut également chasser des petites taupes, des musaraignes, des reptiles, des amphibiens et de petits oiseaux. Il consomme aussi volontiers de gros insectes. Dans les habitats urbains ou en cas de pénurie de petits mammifères, il se tourne davantage vers les oiseaux, en particulier les moineaux.
Sa technique de chasse est unique : en vol, la queue se déploie en éventail vers le bas pendant que les ailes battent rapidement contre le vent. L’oiseau fait ainsi du surplace ce qui lui permet de guetter pendant plusieurs dizaines de secondes ses proies, avant de les pourchasser d’un rapide piqué. Dans le langage populaire, on dit qu’il fait le « Vol du St-Esprit ». Sa vitesse ne dépasse pas 50 à 60 km/h contre 200 km/h pour le faucon pèlerin.

Menaces
La cause principale du déclin du faucon crécerelle est l’intensification et la mécanisation de l’agriculture. Dans les années 1960 et 1970 surtout, ce sont les effets directs et indirects des pesticides qui ont joué un rôle central. Comme la plupart des autres rapaces, les faucons sont très sensibles aux polluants qui se concentrent dans les chaînes alimentaires.
Les remaniements parcellaires qui ont favorisé l’abattage des haies et des arbres isolés ont aussi causé du tort aux crécerelles en faisant disparaître des sites de nidification et des perchoirs.
Le tassement des sols, l’emploi excessif d’engrais et le développement de monocultures de maïs ont fait diminuer la petite faune dont se nourrissent les faucons.

Conservation des habitats
La création d’un réseau de petits biotopes dans les campagnes est essentielle pour permettre d’augmenter les densités du faucon crécerelle. La replantation de haies, d’arbres isolés ou en allées et de bosquets est indiquée, de même que les bandes de jachères florales ou de prairies extensives. BirdLife Suisse s’engage pour que les prestations écologiques dans l’agriculture soient réellement de qualité pour le faucon comme pour les autres espèces de nos campagnes.
La pose de caisses de nidification sur des bâtiments ou des arbres isolés est recommandée. Le succès de reproduction est d’ailleurs souvent meilleur en nichoir.


Dernière édition par Christiane le Mar 13 Mar - 20:09, édité 2 fois
avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Illustration

Message  Christiane le Lun 12 Mar - 22:41





avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Vidéos

Message  Christiane le Lun 12 Mar - 22:50

Nid : Muttenz (Bâle)


avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum