Vaud : Châteaux

Aller en bas

Vaud : Châteaux

Message  Christiane le Sam 3 Mar - 21:09

Château d'Aigle
LIEN : Château d'Aigle (Site)

L’histoire du Château d’Aigle connaît encore de nombreuses zones d’ombre. On sait cependant que le Château d’Aigle, à l’origine une tour forte, a été construit à la fin du 12e siècle par les Chevaliers d’Aigle. Dès le 13e siècle, puis au 14e siècle, divers corps de bâtiment et une muraille entourent ce Château d’Aigle primitif.

Ce sont les Bernois, dont les armoiries surmontent toujours la porte d’entrée, qui donnent au Château d’Aigle sa physionomie. Ils élargissent les enceintes, construisent de nouveaux corps de bâtiment, aménagent des appartements et locaux administratifs. Le Château d’Aigle devient ainsi non plus seulement un château-fort mais la résidence prestigieuse de leurs représentants, les Gouverneurs d’Aigle. De nombreux décors peints des 16e et 17e siècles peuvent être admirés lors de la visite du Château d’Aigle.

Propriété de la commune d’Aigle depuis 1804, le Château d’Aigle a été restauré avec l’aide du canton de Vaud, de la Confédération Suisse et de nombreux donateurs privés dans les années 1970-1980 puis dans les années 2001-2009.

Il est devenu depuis 1975 un site culturel qui abrite quatre salles de réceptions pour banquets, mariages, séminaires ainsi que le Musée de la Vigne et du Vin.





Dernière édition par Christiane le Sam 1 Sep - 17:55, édité 3 fois
avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Château de Chillon

Message  Christiane le Sam 1 Sep - 17:58

LIEN - Château de Chillon (Site)

Source : Les traditions vivantes.ch
Château construit sur un rocher de calcaire du Lias inférieur, plongeant à pic dans le lac Léman. Sa position sur la route de l'Italie et dans un site défensif exceptionnel dut favoriser très tôt son occupation. Les fouilles entreprises au XIXe s. ont dégagé des objets de l'âge du Bronze qui attestent sa fonction défensive, constituée probablement par une double palissade. Certainement fortifié par les Romains, le rocher reçoit un donjon carré aux XI-XIIe s. (?). Crypte (carolingienne ?). Sans que l'on sache exactement comment le transfert de droits s'est effectué, C., après avoir appartenu aux évêques de Sion, est passé avant 1150 dans la mouvance des comtes de Savoie. En 1214, le comte Thomas Ier crée la ville neuve de Chillon à l'est du château, aujourd'hui Villeneuve, qui supplantera le bourg de C. Dès 1257, les comptes témoignent de travaux à C. Depuis 1232, les comtes de Savoie Amédée IV, Pierre II et Philippe font agrandir le bâtiment. Ils renforcent la seconde enceinte sur le flanc exposé à la route avec les techniques nouvelles de la concentration des défenses et du flanquement systématique. Edifiées vers 1235, ses trois tours sont surélevées en 1260-1266. Sous Pierre II de Savoie, les travaux sont dirigés par Pierre Mainier. L'artisan principal est alors le maître maçon et architecte Jacques de Saint-Georges, qui construisit de nombreux autres châteaux. Il réalise la salle dite "du châtelain" avec ses deux colonnes en chêne couronnées de chapiteaux à crochets. C. servit de résidence occasionnelle aux comtes, puis ducs de Savoie, et d'habitation permanente aux baillis du Chablais, qui sont aussi châtelains de C.

Semblable à la coque d'un navire, l'espace intérieur est distribué autour de trois cours qui délimitent les aires réservées à chacun: espaces de l'entrée et des fortifications, cour inclinée du châtelain et cour de la résidence du prince. Transformé, agrandi, modernisé et décoré selon les besoins et les envies de ses habitants, C. a conservé quelques éléments de l'époque savoyarde. La chapelle princière, située entre les fortifications et les appartements privés du comte, présente un décor dont l'iconographie s'articule autour des thèmes de la généalogie du Christ, de l'Incarnation et de la Rédemption, en un cycle narratif tenant compte des différentes parties architecturales de l'édifice. Les comptes du péage de Villeneuve de 1314-1315 révèlent le nom de maître Jacques, peintre peut-être venu d'Italie, comme auteur du décor de la chapelle. Aménagée pour le comte Aymon en 1337 et peinte entre 1342 et 1344 par un certain Jean de Grandson, la chambre privée du seigneur, Camera domini, est reliée à la chapelle par un escalier dérobé. Bel exemple d'un intérieur aristocratique, elle est un modèle précoce de décoration végétale et animalière très en vogue au XIVe s. Les transformations incessantes du bâtiment aboutissent aussi à la création, au moins dès le XIVe s., de prisons dans une partie des salles basses ou des souterrains, qui servaient d'entrepôts. Les prisons ne furent désaffectées qu'en 1895 et l'un des prisonniers, François Bonivard, fera la renommée du château au XIXe s.

En 1536, lors de la conquête du Pays de Vaud, le château tombe aux mains de Berne. LL.EE. le transformèrent selon leurs besoins: plusieurs grandes salles deviennent entrepôt, arsenal, logement de soldats, cuisine, hôpital pour invalides, même chantier naval. Siège du bailli de Vevey et capitaine de Chillon, le château ne sera occupé par LL.EE. que jusqu'en 1733, comme en témoignent les peintures qui décorent les parois de la salle dite "des armoiries", œuvre commencée par l'artiste bernois Andreas Stoss. Le bailli s'installe ensuite à Vevey. Comme le bâtiment est difficile et cher à entretenir, LL.EE imaginent en 1785 sa transformation en vaste grenier, projet ensuite abandonné. Le 23 janvier 1798, lors de la révolution vaudoise, quelques patriotes de Vevey et de Montreux se rendent à C., où ils fraternisent avec la garnison bernoise sur place. Devenu prison d'Etat et arsenal, le château bénéficie peu à peu de la naissance du tourisme et de la vogue romantique. Déjà mis en scène par Rousseau dans La Nouvelle Héloïse, chanté par Byron dans son poème consacré à Bonivard, décrit par Victor Hugo, peint par Courbet, C. devient en 1888 un monument historique dont il faut désormais assurer la sauvegarde. L'association fondée à cet effet mandate la même année l'architecte Albert Naef pour réaliser la restauration de l'édifice. Dernier des bâtisseurs du château, Naef s'efforcera de redécouvrir et rétablir l'image médiévale du bâtiment, quitte à détruire des restes vaudois ou bernois pour reconstruire le château de Pierre II de Savoie. Dès 1914, Ernest Correvon entreprit la première restauration des peintures de la Camera domini et de la chapelle. Aucune étude approfondie et globale n'a été effectuée sur la base des nombreuses pièces d'archives conservées à Turin, Berne et Lausanne, dont certaines sont encore inédites. Avec la restauration de la chapelle, commencée en 1985, s'ouvre une nouvelle période de découvertes qui permettront de mieux connaître l'histoire du château. C. est actuellement l'un des sites touristiques les plus célèbres et les plus fréquentés de Suisse; il reçoit près de 300'000 visiteurs par an.



L'automate du Château de Chillon
Acquis par le Musée cantonal d'archéologie et d'histoire début 2016 grâce au soutien de l'association des amis du Château de Chillon et de la Fondation du Château de Chillon, cet automate datant des années 1890 jour la libération de François Bonivard, le fameux prisonnier de Chillon, en 1536. Il a été conçu par Edouard Wuthrich.
Il actionne plusieurs mécanismes et une grosse boîte à musique.

avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Château de Coppet

Message  Christiane le Sam 1 Sep - 17:59

LIEN - Château de Coppet (Site)

Le Château de Coppet organise des visites guidées du printemps à l’automne, afin de faire découvrir les objets personnels de son illustre résidente du 19e siècle, Mme de Staël.

Entre la révolution française et la Restauration, le Château de Coppet est devenu un centre intellectuel majeur en Europe. Exilée par Napoléon, Madame de Staël (1766-1817) rassemble dans le château familial à Coppet, Benjamin Constant, Charles-Victor de Bonstetten, Auguste Guillaume Schlegel et autres penseurs, poètes ou princes.

Le château a gardé l’esprit des lieux, imprégné de la présence de ses hôtes prestigieux. A l’ombre du grand parc romantique, le Château de Coppet, construit au 13e siècle et transformé en résidence au 18e siècle, domine le lac Léman et le bourg fortifié de Coppet.
avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Château de Grandson

Message  Christiane le Sam 1 Sep - 18:00

LIEN - Château de Grandson (Site)

Surplombant le lac de Neuchâtel, cette ancienne forteresse (XIe-XIVe siècles) abrite une collection exceptionnelle d’armes et d’armures, de maquettes de batailles, de même qu’un musée historique avec une section relative aux guerres de Bourgogne.

Le château, témoin de la célèbre bataille de Grandson (1476) opposant Charles le Téméraire aux Confédérés, sert aussi d’écrin à un musée de l’automobile, dont les «stars» sont la fameuse Rolls-Royce Phantom I de Greta Garbo ou encore l’Austin «Cambridge Saloon » ayant appartenu à Winston Churchill.

A voir : le chemin de ronde de 150m datant du XVe siècle, la Salle d’Armes et ses imposantes armures, la Salle des Chevaliers avec stalles Renaissance, la Salle des Banquets, les oubliettes, la salle de tortures, la chambre Renaissance, le chemin de ronde de 150 mètres.

avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Château de Morges

Message  Christiane le Sam 1 Sep - 18:01

LIEN - Château de Morges (Site)

Protégé par les murs ancestraux d’un château fort construit en 1286 par Louis de Savoie selon le type «carré savoyard» et qui servit de résidence aux baillis bernois de 1536 à 1798, le Château de Morges & ses musées possède quatre expositions permanentes. Le Musée militaire vaudois présente une collection d’armes blanches, d’armes à feu et des armures. La salle d'armes parcourt 350 ans d'histoire militaire vaudoise et ses illustres représentants, du major Davel au général Guisan. Le public a la possibilité de découvrir des uniformes des milices vaudoises, de nombreux objets et uniformes relatifs aux régiments suisses des divers services étrangers. Le château accueille aussi les collections du Musée de l’artillerie (quarante bouches à feu et des modèles réduits de l’artillerie suisse), le Musée suisse de la figurine historique (10’000 figurines de la collection Raoul Gérard dans près de 50 dioramas), ainsi que le Musée de la Gendarmerie vaudoise de sa création à nos jours.
avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Château de Nyon (Musée de porcelaines)

Message  Christiane le Sam 1 Sep - 18:03

LIEN - Château de Nyon (Site)

Le Château de Nyon abrite depuis 1888 un musée qui conserve une importante collection de porcelaines produites au XVIIIe siècle dans la célèbre manufacture de Nyon ainsi que des vitrines consacrées à 3000 ans d'histoire nyonnaise. Il propose également des expositions temporaires consacrées à des thèmes historiques ou à l'art contemporain.

avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Château de Prangins (Musée national suisse)

Message  Christiane le Sam 1 Sep - 18:11

LIEN Château de Prangins (Site)
LIEN - Informations aux Visiteurs
LIEN - Le Café


Situé dans un cadre d'exception surplombant le lac Léman, à quelques minutes de Nyon, le Château de Prangins est un lieu vivant ancré dans l'histoire. Avec ses intérieurs, ses expositions, son parc à la française et son remarquable jardin potager à l'ancienne, il constitue un véritable fleuron du patrimoine suisse.

En 1975, Le Château de Prangins a été donné à la Confédération par les cantons de Vaud et de Genève pour en faire le siège romand du Musée national suisse.

Ouvert au public en 1998, le Château de Prangins propose plusieurs expositions permanentes dont «Noblesse oblige! La vie de château au 18ème siècle» avec ses somptueuses salles de réception recréées, le centre d'interprétation du potager intitulé «Le jardin dévoilé», ou encore le «Panorama de l'histoire suisse»

De plus, le Château de Prangins offre un large programme d'expositions temporaires et de manifestations qui ont pour thème aussi bien l’histoire culturelle que l’actualité.







avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Château de Vuillierens

Message  Christiane le Sam 1 Sep - 18:13

LIEN - Château de Vullierens : Les Jardins d'Iris

Le Château, avec vue sur le lac Léman et les Alpes, est le précieux gardien d’un jardin de plus de 3 hectares. Initialement consacrés aux iris - plus de 400 variétés fleurissent au printemps et peuvent être achetées - ils se sont considérablement développés ces dernières années afin de devenir une destination incontournable pour les amoureux des jardins, des fleurs et des sculptures.

Les Jardins du Château de Vullierens sont classés parmi les plus beaux de Suisse. Le parc offre une promenade entre tulipes tardives, iris, roses, lys-hémérocalles, rhododendrons et arbres centenaires et six jardins à thème y sont également à découvrir.

avatar
Christiane
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum